Alfred HOUNGNON

RESUME DU PROJET DE THESE

L’origine des vestiges forestiers au Bénin et le rôle de l’homme dans la structuration du paysage sont encore largement débattus. Les écosystèmes tropicaux ont connu au cours des millénaires, de profondes modifications gouvernées par le climat et l’homme. Ces perturbations aggravées de nos jours, par d'intenses activités humaines liées à l’usage du feu seraient à l’origine de l’apparition du Dahomey gap. En conséquence, la végétation actuelle du Bénin supposée luxuriante, apparaît anormalement sèche et dépourvue de massifs forestiers conséquents. Le paysage est dominé par une mosaïque complexe de formations végétales savanicoles, parsemées par de petits îlots de forêts en état d’isolement constant. Ces îlots ou refuges constituent aujourd’hui au Bénin, les écosystèmes les plus riches qui hébergent la majeure partie des espèces prioritaires pour la conservation de la biodiversité végétale. L’un des aspects importants des fragments de forêts au Bénin, est qu’ils présentent une composition spécifique et une structure analogue à celles des forêts Guinéennes et congolaises situées de part et d’autre du Dahomey gap. La forêt relique d’Ewe-Adakplame au sud-est du Bénin est exemplaire sur cette problématique. Sur environ 400 hectares, elle héberge des taxons à distribution restreinte, souvent mal connues que l'on ne trouve nulle part ailleurs au Bénin. Au cours des dernières décennies (seulement de 1987 à 2007), l’extension des champs et habitats a emporté 36,24% de son couvert. Il s’agit d’une pression qui risque de faire disparaître plusieurs espèces emblématiques qui n’ont pas encore été caractérisées et domestiquées. Le projet de thèse vise à tester (1) l’impact des feux préhistoriques sur la fragmentation et la dynamique du micro refuge d’Ewe-Adakplame et (2) à évaluer sa capacité de résilience face aux perturbations en cours. Dans un premier temps, on essaiera de reconstituer l’histoire des feux autour du refuge forestier et de les caractériser. Le feu est l'un des bio-indicateurs clés qui marque un moment précis du changement anthropomorphique de l'environnement. Sa fréquence, (essentiellement anthropiques de nos jours) semble contrôler la flore et la structure de la végétation, c’est-à-dire la densité et la nature décidue de la couverture forestière. En effet, pendant l’Holocène (depuis 10 000 ans avant notre ère) le climat a été le principal facteur de fluctuation. Cependant, l’exact effet des impacts anthropiques plus récents n’a pas encore été vraiment quantifié afin de dissocier l'action humaine de celle du climat dans le processus de la fragmentation du paysage. L’étude se servira de la dation couplée à l’analyse des charbons de bois fossile qui, constituent la mémoire du passé conservée dans les sédiments. Dans un deuxième temps, on évaluera le stock de graines, leur densité de germination et la diversité spécifique qui en découlera pour tester le modèle de succession végétale du refuge forestier en relation avec la théorie d’équilibre développée par Marc Arthur et Wilson (1967).

EMPLOIS PRECEDENTS

  • 2014 à 2019 Militant à l’Association de Gestion Intégrée des Ressources (AGIR)…… …………………………
  • 2011 à 2013 Assistant de recherche (CNRS) ………………………………………………………………..………………………
  • 2009 à 2010 Chargé de Production végétale sur grande surface au Centre Coopératif Songhaï Bénin …
Curriculum Vitae
Education
  • 2013: Master II………………Diplôme / Université Montpellier
  • 2012: Master I………………Diplôme / Université Montpellier
  • 2008: Ingénieur Agronome…Diplôme / Université D’Abomey-Calavi
Awards and Honors

1- Titre du projet : Interplay between Men, Fire and Vegetation: lessons for developing community tourism and Preserving the Last Threatened Ewe-Adakplame Relic Forest in Benin

Source de financement : 1st Booster Grant

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

2- Titre du projet : Propagation of Native Trees by Local Communities to Provide Food for Primates in the Forests of Ketou: A New Challenge for Habitat Restoration in Benin Republic

Source de financement : 2nd Rufford Small Grant 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

3- Titre du projet : Community Based Actions to Benefit a Threatened Plant Species: Case Study of Bequaertiodendron oblanceolatum (Sapotaceae) in Ewe-Adapklamey Remnant Forests in Benin

Source de financement : 1st Rufford Small Grant

Location
Personal Website
Publications
Houngnon, A., Houinato, M., & Bellefontaine, R. (2017). Gestion et conservation des ligneux en zone soudanienne au Bénin. Éditions universitaires européennes. Retrieved from http://www.morebooks.de/store/fr/book/1/isbn/978-3-639-62319-2 Cite
Bellefontaine, R., Meunier, Q., Mapongmetsem, P. M., Morin, A., Karim, S., & Houngnon, A. (2016). Plaidoyer en faveur du marcottage pour domestiquer les principales espèces ligneuses africaines. CIRAD. Retrieved from http://agritrop.cirad.fr/580936/ Cite
Lim, S., Ledru, M.-P., Valdez, F., Devillers, B., Houngnon, A., Favier, C., & Bremond, L. (2014). Ecological effects of natural hazards and human activities on the Ecuadorian Pacific coast during the late Holocene. Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 415, 197–209. https://doi.org/10/f6r35d Cite
Houngnon, A., & Houngnihin, R. (2013). Médicament traditionnel Amélioré ou jardins botaniques communautaires : quel choix pour le Bénin ? (pp. 187–197). Presented at the Symposium du Professeur Adjanohoun Edouart. Actes du Symposium Université d’Abomey Calavi, Université d’Abomey Calavi. Cite